2017, Qualité de la nuit sur l’île de Porquerolles

A la suite de la 15ème réunion du club U2B sur le thème « Biodiversité et pollution lumineuse », nous vous proposons de revenir sur le travail effectué par l’ANPCEN (Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes) sur l’île de Porquerolles.

Pendant près d’un an, l’ANPCEN a réalisé une étude sur la pollution lumineuse de l’île de Porquerolles en haute et basse saison en analysant les éclairages publics et privés de l’île avec plus de 200 000 mesures.

Cette île, au cœur même du parc national de Port-Cros ne compte que 300 habitants permanents mais accueille plus d’un million de touristes chaque année. L’étude a montré que la qualité de nuit de l’île est globalement « moyenne » par ciel clair et en début de nuit, variant de "bonne" en cœur de nuit par ciel clair à « faible » par ciel nuageux. En haute saison, la qualité de la nuit est globalement "bonne" mais fortement dégradée en début de nuit au cœur et à proximité du village localement jusqu’à 50%. De plus les lumières du littoral contribuent à distance à la pollution lumineuse sur l’île.

De plus, l’étude montre les effets à distance des lumières dont celles du littoral qui contribuent à la pollution lumineuse sur l’île : entre 25 et 75 % selon les sites de l’île. Enfin, les éclairages du port contribuent pour 25 à 30 % de la pollution lumineuse constatée.

Ces données ont été couplées avec des données de biodiversité de cet espace protégé afin d’étudier les effets de la pollution lumineuse sur son environnement.

A la suite de cette étude, de nombreuses pistes d’actions sont proposées par l’ANPCEN afin de réduire les pollutions lumineuses sur l’île et le littoral, de la qualité de la lumière (distribution spectrale de la lumière), son orientation, à la quantité de lumière émise (réduction du temps d’éclairage) et bien d’autres ...

Retrouvez toutes les informations et le compte-rendu de cette étude sur le site de l’ANPCEN
Qualité de la nuit sur l'île de Porquerolles

Urbanisme Bâti et Biodiversité

Avec le soutien financier de :

Conseil Régional d’Aquitaine

Fondation Gecina