Les dangers des surfaces vitrées

Les surfaces vitrées totalement transparentes ou bien les surfaces en verre et en métal qui réfléchissent le ciel ou de la végétation représentent un danger majeur pour les oiseaux qui ne sont pas capables de les voir. Nombreux sont ceux qui meurent suite à la collision avec elles.
BirdLife Suisse et la Station ornithologique suisse estiment qu’en Suisse il y a en moyenne un oiseau mort par bâtiment et par an. Voir à ce sujet la présentation donnée par Eva INDERWILDI de BirdLife Suisse à la 17e réunion du Club U2B de la LPO le 5 décembre 2017 à Paris :

<media1176|icone|center|titre|descriptif|type|poids|lien>

Sur un bâtiment qui pose problème, il existe plusieurs solutions :

  • poser de nombreux petits autocollants à l’extérieur de la vitre ;
  • poser un grands film autocollant (vitrophanie)à l’extérieur de la vitre ;
  • poser des systèmes d’occultation à l’extérieur (brises-soleil, stores, jalousies) ;
  • et enfin, moins efficace : mettre des systèmes d’occultation à l’intérieur.

Si l’on décide de poser des autocollants à l’extérieur de la vitre, toute la surface qui pose problème doit être couverte d’autocollants espacés de maximum une paume de main. La photo ci-dessous montre comment on peut signaler les parois vitrés d’une véranda de façon élégante et efficace :
<media1179|insert|center|titre|credits >
<media1196|insert|center|titre|credits >

Il est possible d’acheter des autocollants et des films transparents sur le site de la Boutique LPO : voir les stickers anti-collision
<media1177|insert|center|titre|credits >

Si l’on décide de poser de grands films autocollants à l’extérieur de la vitre, on peut acheter des articles déjà faits. On peut également faire appel à un architecte d’intérieur qui personnalisera ces vitrophanies.
La photo ci-dessous montre les vitrophanies réalisés par le cabinet d’architecte Elemens et posées sur des vitres du siège de Canon Research à Cesson-Sévigné, sur les conseils de la LPO
<media1171|insert|center|titre|credits >
La photo ci-dessous montre un film opaque posé par L’Oréal sur ses locaux parisiens.
<media1172|insert|center|titre|credits >

On peut poser des systèmes d’occultation à l’extérieur (brises-soleil, stores, jalousies) mais cela risque d’altérer l’apparence du bâtiment de couter beaucoup plus cher que de poser des autocollants.
<media1173|insert|center|titre|credits >

On peut poser des systèmes d’occultation à l’intérieur : stores, rideaux...etc. mais c’est beaucoup plus efficace de les poser à l’extérieur.

Cependant, l’idéal est d’anticiper le problème en amont de la construction des bâtiments en prévoyant :

  • des surfaces vitrées colorées non réfléchissantes ;
  • des surfaces vitrées sérigraphiées ;
  • des surfaces vitrées ou métalliques déformées ;

Voir les photos ci-dessous

<media1168|insert|center|titre|credits >
<media1166|insert|center|titre|credits >
<media1165|insert|center|titre|credits >

Existe-t-il des parois vitrées transparente moins dangereuses pour les oiseaux ?

Un verre moins réfléchissant ? Le label Minergie Eco en Suisse préconise des parois vitrées d’un degré de réflexion de 15% maximum pour éviter les collisions des oiseaux dans les vitres. S’il est vrai qu’en dessous de 15% de de réflexion, le risque de collisions diminue dans une certaine mesure non quantifiable, celui-ci ne disparait pas totalement. Selon la luminosité à l’intérieur et à l’extérieur, de telles vitre peuvent quand même fortement réfléchir. Ce n’est donc pas une mesure vraiment efficace contre les collisions.

Un verre moins transparent ? Il n’existe pas aujourd’hui de pourcentage maximum préconisé pour la transparence du verre.

Un verre opaque pour les oiseaux mais pas pour les humains ? Dans certains pays comme les Etats Unis des « Birdsafe glass » sont commercialisés mais ils ne donnent pas satisfaction aux associations de protection des oiseaux.
La société japonaise NSG (Nippon Sheet Glass) travaille depuis de nombreuses années sur la mise au point d’un verre sur lequel est appliquée une couche avec des motifs (lignes verticales) en ultraviolet. L’objectif de NSG est ce que ces couches soient invisibles à l’œil humain mais visibles pour les oiseaux : un « birdsafe glass  ». L’ornithologue autrichien : Martin ROSSLER teste les produits de NSG dans la station scientifique de Hohenau-Ringelsdorf dans le nord-est de l’Autriche. Jusqu’à présent aucun produit n’avait donné de résultats satisfaisants. Mais récemment, un produit a été fabriqué qui donne des résultats satisfaisants sur les tests de collisions : les oiseaux voient ce verre. Par contre ce produit n’est pas totalement invisible à l’œil humain.
Cette nouvelle génération de « Birdsafe glass » n’est pas encore sur le marché. Aujourd’hui, en l’absence de produit identifié, totalement satisfaisant, la LPO recommande de toujours signaler les surfaces vitrées et réfléchissantes avec des techniques sont visibles à l’œil humain.

Pour aller plus loin :

  • la fiche 14 du guide Biodiversité et Bâti co-rédigée par la LPO et le CAUE Isère et publiée en 2012
  • la page de la Station Ornithologique Suisse sur le sujet ;
  • le guide de la Station Ornithologique Suisse, publié en 2008 et traduit en français :

La clinique du Parc à Lyon dessinée par l’architecte Xanadu est l’un des exemples vertueux en France. Découvrir l’article de l’Observatoire des Pratiques à ce sujet.


Urbanisme Bâti et Biodiversité

Avec le soutien financier de :

Conseil Régional d’Aquitaine

Fondation Gecina